Projet Thoranose - Hôpital Calmette, INRIA et Ecole des Mines de Douai

Domaine : recherche médicale

Lieu : Hauts-de-France 

 

En Hauts-de-France, la surmortalité due au cancer du poumon et à celui de la plèvre (cancers dits "thoraciques") est trop élevée comparée à la moyenne nationale. L'une des raisons est la population exposée par le passé à l'amiante dans les Ports comme Dunkerque, ou encore dans l'Industrie et le BTP. Les soins sont invasifs et l'espérance de guérison très faible pour ces cancers (les personnes atteintes d'un cancer de la plèvre ont une espérance de vie moyenne de 13 mois).

L'équipe du Professeur Arnaud SCHERPEREEL, au sein de l'hôpital Calmette - CHU de Lille, travaille avec l'INRIA et les Mines de Douai sur un projet de "nez électronique". Inspiré de l'odorat très performant des chiens, cet appareil doit permettre de détecter précocement les cancers thoraciques, au travers des "composés organiques volatils" (COV), molécules présentes chez les personnes malades. Détectés précocement, ces patients pourront ensuite être soignés de manière moins invasive et plus efficace, en amont des traitements actuels.

La Fondation a permis à l'équipe d'acquérir le masque et le nez électronique nécessaires au projet.

 

Crédit photo : CHU de Lille, équipe du Professeur SCHERPEREEL.